Exposition de HE Yonsheng à Paris (jusqu’au 7 mai 2019)

Vernissage à l’Atelier Véron, HE Yongsheng présente chacune de ses oeuvres.

Né en 1962 à Yichuan, He Yongsheng de Mizhi (région réputée de produire de beaux hommes), province du Shaanxi, en Chine. Il s’est enrôlé dans dans l’Armée populaire de Libération en octobre 1981, et puis diplômé successivement de l’Université de l’école des beaux-arts de Xi’an et l’Université normale de la capitale. Actuellement, il est membre de l’Association des artistes chinois, peintre professionnel de premier rang national, conseil de l’association centrale des artistes nationaux et chercheur sur la peinture de l’école de Chang’an.

Ses oeuvres se sont participées de plusieurs fois aux expositions nationales. Il a organisé son exposition individuelle cinq fois à Lanzhou, Gannan et Yan’an etc. De plusieurs oeuvres sont exposées aux salles nationales de réunion, l’un de ses grands lavis, « la grande montagne de l’ouest encourage la gloire» est exposé dans la
salle d’ouest au deuxième étage du palais d’assemblée ; l’autre des grands lavis, « la neige à Zaoyuan» est exposé dans la salle de banquet au premier étage du palais
d’assemblée. La grande oeuvre collectif, « L’aurore au Mont Tai » est exposé à l’école du parti central. « La montagne Zhongnan flotant dans les nuages » est exposé au centre de congrès de l’Armée de l’Air. « Le dragon s’entortille la montagne et le fleuve ayant un air imposant » est exposé au bâtiment des forces aériennes. « Le soleil levant » est collectionné par le Mausolée de Mao Zedong. Ses processus de création et ses oeuvres se sont inscrits aux grands dictionnaires, tels que « le Dictionnaire des artistes modernes chinois », « le Dictionnaire des peintres contemporains chinois ». En 2005, l’édition nationale des beaux-arts a publié deux catalogues sur son oeuvre « L’ensemble de peintures de fleurs et d’oiseaux de He Yongsheng » et « Lavis de He Yongsheng ». Ensuite, l’édition des artisans de Pékin a publié « Grands Maîtres-la collection de He Yongsheng » en 2015 et « Les peintures chinoises-le rouleau de He Yongsheng » en 2016.

 

Un documentaire revient à l’origine de l’exposition et à la personne de l’artiste exposé.

 

De droite à gauche : HE Yongsheng,  l’artiste ; LIU Zhongjun, l’interprète, et HE Jie, Commissaire de l’exposition.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.